Domaine Hubert Lamy Criots-Bâtard Montrachet Haute Densité 2016

  • 2016
  • Bourgogne
  • Criots-Bâtard-Montrachet
  • 75 cl
  • Chardonnay
Cashback :
2%

Description du domaine

Hubert Lamy

Bettane & Desseauve : 3BD (production de haute qualité); RVF 1* (Vigneron de qualité) Depuis des générations, le domaine Hubert Lamy porte haut les couleurs de Saint-Aubin et fait partie des grands représentants de cette appellation et de la Côte de Beaune. Olivier et Karine Lamy, à la tête du domaine depuis 1995, démontrent millésime après millésime toute l’étendue de leur talent en conduisant le domaine avec un savant mélange de respect des traditions et de constante recherche qualitative. L’attention portée en vigne et à la cave sur une approche parcellaire se révèle avec brio dans les vins qui réussissent à exprimer l’identité aromatique des différents climats de Saint-Aubin. Les vins blancs du domaine sont cristallins et dévoilent, tout en dentelle, une trame de finesse et de tension prodigieuse. Des diamants éclatants de pureté qui brilleront encore au fil du temps. La famille Lamy est une famille de vignerons historiques de Saint-Aubin puisque la première génération remonte jusqu’en 1640. La culture de la vigne occupe donc une place prépondérante dans l’histoire de cette famille bourguignonne. Le domaine porte le nom d’Hubert Lamy depuis 1973, année durant laquelle il décida de créer son propre domaine après avoir travaillé avec son père, et donc grand-père de l’actuel Olivier Lamy. Le domaine comptait à l’époque aux alentours de 8 hectares principalement situées sur des appellations régionales. C’est en 1990 que le patrimoine du domaine s’est étoffé par l’acquisition ou le fermage de nouvelles parcelles situées sur des grands terroirs de Saint-Aubin : "La Chatenière", "Derrière chez Edouard", "Murgers des Dents de Chien", "Clos du Meix". Le domaine s’est également agrandi par de nouvelles plantations sur notamment "En Remilly", "La Princée", et "Derrière chez Edouard", anciennement plantées en pinot et replantées en chardonnay. Après une formation et des stages à l’étranger et en France, notamment aux côtés du légendaire Henri Jayer et au sein du fameux domaine Méo Camuzet, Olivier Lamy rejoint le domaine familial en 1995, accompagnée de son épouse Karine. Très vite, ils apportent au domaine de nouvelles idées et pratiques à la vigne et en cave tout en pérennisant la richesse des savoir-faire traditionnels inculqués depuis des générations par les aïeux. A cette époque, Olivier Lamy fut par exemple l’un des premiers vignerons à investir dans une table de tri. En 2003, le domaine a agrandi et renové sa cuverie en créant notamment une unité de pressurage, équipée de deux pressoirs pneumatiques. Aujourd’hui, le domaine compte 17ha de vignes dont 9ha sur Saint-Aubin. A la vigne, la philosophie adoptée par le domaine est la culture biologique. Tous les travaux de vigne sont effectués dans le but de préserver l’environnement naturel avoisinant afin de sauvegarder une biodiversité au cœur des vignes. Aucun désherbant ou autres pesticides n’est utilisé afin que le terroir s’exprime dans sa personnalité la plus pure dans les raisins. Toutes les parcelles sont labourées soit au tracteur, ou au treuil sur certaines parcelles où le dénivelé est trop important. Aucun désherbant, ni produit de synthèse, ou engrais chimique n’est utilisé. Les rendements sont limités par un ébourgeonnement puis des vendanges en vert. Chaque travail à la vigne est effectué dans le but d’atteindre une qualité optimale des raisins qui garantisse un parfait état sanitaire et une maturité optimum. Les vendanges sont effectuées lorsque les maturités sont atteintes et se font manuellement en bacs ou en petites caissettes afin de ne pas abimer les raisins. En cave, l’approche parcellaire s’exprime avec force et conviction. Ici, chaque parcelle est vinifiée et élevée séparément afin de conserver l’identité de chaque terroir du domaine. Les raisins sont pressés délicatement dans un pressoir pneumatique, peu débourbés puis entonnés dans des fûts de 300L ou des demi-muids de 600L où les fermentations démarrent. Les températures sont contrôlées dans une cave froide permettant une fermentation longue et douce. Les vins sont légèrement bâtonnés mais avec parcimonie toujours dans un souci de ne pas maquiller le terroir. Les fermentations malo-lactique se font en fûts. Les vins sont soutirés au mois d'aout, collés à la caséine et filtrés légèrement au Kieselgur. Les doses de dioxyde de soufre (SO2) sont apportées en fonction des analyses. La mise en bouteilles se fait après 12 à 18 mois d'élevage.

Description de la cuvée

Le terme « criots » serait un diminutif de craie, attestant de la forte présence de calcaire sur les parcelles de ce Grand cru mythique entièrement situé sur Chassagne. Considérés en 1939, comme une section à part entière au sein des Bâtard, les Criots sont des trésors à l’état pur car ils sont produits de manière ultra confidentielle du fait de sa superficie. Un véritable diamant…

Arôme

fleur d'orangerpoire

À la vigne et en cave

Le terroir et les sols: Sols argilo-calcaire à forte dominante calcaires. Présence de blocs calcaires dans les vignes. Philosophie : Raisonnée, respect des sols, des terroirs, de la vigne et de son environnement

Vinification et élevage : En cave, la philosophie est orientée vers la recherche de l’expression la plus pure du terroir sur lequel le raisin est issu. Les vinifications sont naturelles et peu interventionnistes. Les vins sont élevés dans des grands contenants, soit des demi-muids ou des fûts de 350 litres. Aucun batonnage n’est réalisé afin de conserver l’empreinte du terroir et la pureté du chardonnay. Cela permet également d’éviter l’oxydation prématurée. Les vins sont élevés tranquillement entre 12 et 18 mois en fonction des millésimes et des cuvées, dans une cave froide. Ici, pas de chauffage pour forcer le déclenchement des fermentations malo lactiques. Les vins suivent naturellement leur élevage sans précipitation ou autre intervention qui pourrait brusquer le vin. Les températures froides de la cave permettent aux vins de ne pas être filtrés avant leur mise en bouteilles. Grâce à cela, les vins gardent de la fraîcheur, de la pureté et de la finesse car ils ne sont bousculés par une agitation violente. Les flacons sont ensuite renfermés par des bouchons non traités au peroxyde et cirés à la main.

Conseil dégustation

Il est préférable d’attendre minimum 5 ans pour déguster ce Criots-Bâtard Montrachet car il offrira tout sa complexité aromatique. Ce vin peut être conservé en cave pendant 12-15 ans sans problème.

Accords mets et vins

Ce Criots-Bâtard Montrachet mérite les plus beaux égards et notamment les plats de fêtes ou de grande gastronomie comme les poissons nobles comme le bar, la sole ou des belles volailles comme le poulet de Bresse.